Mardi 22 Juillet 2014
Devenir partenaire       Bookmark and Share

Astro2009

Vivez l’année de l’astronomie 2009 sur Futura-Sciences

Archive de janvier 2009

Le Large Synoptic Survey Telescope est un instrument très particulier : ce télescope disposera d’un système à trois miroirs pour un rapport f/d de 1,23 ce qui lui confèrera une très grande luminosité : il pourra photographier ainsi des portions du ciel en 15 secondes !
lsst1

Pour réaliser un tel télescope, on a imaginé de polir le miroir principal de 8,4 mètres selon deux courbures différentes.

Coulage du miroir en avril 2008 : mise en place des 60 000 blocs de borosilicate, soit 30 tonnes.

lsst3
Le miroir a été démoulé en septembre 2008 et 16 tonnes de matière ont été enlevées pour le dégrossir.

lsst4
Le polissage du miroir va pouvoir commencer ; il devrait être achevé dans 3 ans, ce sera alors le plus grand miroir ayant une telle conception optique. (Images LSST)

Embarqué à bord de la sonde lunaire indienne Chandrayaan-1, l’imageur en rayons X de construction européenne C1XS a détecté la présence de magnésium, d’aluminium et de silicium durant une émission chromosphérique solaire.

Lire la suite…

aaL’instrument C1XS au cours d’un essai de vibrations au banc. Crédit ISRO

Hier soir 30 janvier, nombreux étaient les regards tournés vers le sud, pour admirer le rapprochement entre la Lune et Vénus.

Voici quelques images proposées par les membres du forum d’astronomie de Futura-Sciences.

lv3

lv4

lv5

lv6

lv8

lv7

spa

pj

Bientôt à court d’hélium liquide, Spitzer continue à travailler et ses observations passées n’ont pas fini d’être exploitées.

Dans celles de 2007, les astronomes ont repéré la trace d’un brusque échauffement de l’atmosphère d’une exoplanète, HD 80606b, amenée près de son soleil par une orbite très elliptique.

Les modèles numériques ont permis de décrire la tempête qui s’en est suivie.

Lire la suite…

 exo2

Ces images représentent à intervalle de temps régulier l’aspect de HD 80606b sur une dizaine de jours avant et après son passage au périastre de son étoile, c’est-à-dire à distance minimale. Les zones rouges dans la partie non éclairée indiquent le rayonnement thermique propre de la planète en réaction à son chauffage. Le développement d’une tempête y est bien visible. Crédit : Nasa/JPL-Caltech/J. Langton (UC Santa Cruz)

C’est une vieille idée qui prend un peu plus de poids grâce aux simulations de dynamique moléculaire effectuées par une équipe internationale.

Les conditions de température et de pression régnant à l’intérieur des géantes, surtout Saturne, provoqueraient une séparation du mélange liquide d’hydrogène et d’hélium.

Des gouttes d’hélium pleuvraient donc sur leurs noyaux solides.

Lire la suite…

he

Représentation d’artiste des résultats des simulations des chercheurs. En jaune l’hélium et en blanc l’hydrogène. Crédit : Kwei-Yu Chu

En ce mois de janvier, ne manquez pas de repérer la planète Vénus. Son point éclatant apparaît haut sur l’horizon sud-ouest, juste après le coucher du Soleil.

Si vous disposez d’une petite lunette astronomique avec un grossissement d‘une trentaine de fois, vous découvrirez le gros croissant vénusien. Aucun détail n’est perceptible même dans un gros télescope, car cette planète est entourée de nuages.
Pour suivre les phénomènes astronomiques, consultez les éphémérides de Futura-Sciences.

venusblog

Image J-B Feldmann

La chine a décidé de lancer la construction d’un radiotélescope de 500 mètres de diamètre, le radiotélescope FAST (pour Five hundred meters Aperture Spherical Telescope).

Avec une superficie équivalant à celle de trente terrains de football, il dépassera le radiotélescope d’Arecibo, à Porto Rico, le plus grand du monde actuellement.

Comme lui, FAST sera construit dans une cuvette naturelle ; il devrait être opérationnel en 2014.

Destiné à assurer les communications avec les futures missions spatiales chinoises, ce radiotélescope sera aussi utilisé pour étudier les sources radio de l’Univers, et pourra servir à la recherche d’éventuels signaux artificiels émis par d’autres civilisations.

Consultez ce site pour en savoir plus sur les radiotélescopes.

are

FAST sera conçu comme le radiotélescope d’Arecibo que l’on voit ici.

Du 28 au 31 janvier vous pourrez observer le croissant lunaire au crépuscule sur l’horizon ouest.
Au fil des soirs ce croissant sera de plus en plus important, le reste du disque lunaire perdant peu à peu sa lumière cendrée, et il remontera dans le ciel pour croiser le point brillant de Vénus les 29 et 30 janvier.

lunevenus2

Rencontre Lune-Vénus, image J-B Feldmann

Un télescope ou une lunette doivent être équipés d’oculaires .
Ce sont des pièces optiques qui permettent de visualiser l’image formée par le miroir (cas du télescope), ou par l’objectif (cas de la lunette) .
Il en existe de nombreux modèles allant de 40 à plus de 700 euros.
Les oculaires donnent le grossissement de l’instrument : plus la focale de l’oculaire est courte, plus il grossit .
Lors d’un premier achat vous trouverez sûrement un ou deux de ces oculaires dans la boîte avec l’instrument.
Ils vous permettront de débuter mais ils ne seront pas toujours d’une qualité suffisante pour apprécier les possibilités de votre instrument.
Attention ! On lit très souvent sur des petits instruments du commerce des grossissements impressionnants !
Méfiez-vous, le grossissement n’est pas le plus important en astronomie : on considère qu’il ne faut pas grossir plus de 2X le diamètre de l’instrument (dans le cas d’une petite lunette de 60mm, un grossissement de 100 fois est déjà beaucoup).
Voici deux modèles différents :
un oculaire TMB BURGESS 4mm, prix 70 euros, et un Nagler 31mm, prix 615 euros.
ocul
Image X. Plouchart

D’après certains arguments théoriques, la masse maximale d’une étoile devrait être d’environ vingt fois celle de notre Soleil.

Or, plusieurs dépassent les cent masses solaires…

L’énigme vient d’être résolue grâce à des simulations sur ordinateur.

La clé provient de l’apparition de la célèbre et ubiquiste instabilité de Rayleigh-Taylor.

Lire la suite…

et

L’étoile Pismis 24 apparaît comme la plus lumineuse, au-dessus de la nébuleuse NGC 6357. Sa masse avait été estimée à 200 masses solaires au moins, ce qui est peu compatible avec la limite d’Eddington. Mais une observation fine à l’aide de Hubble a montré qu’il y avait deux et peut-être même trois étoiles massives dont les masses sont probablement comprises entre 70 et 100 masses solaires. Crédit : Nasa, Esa, J. M. Apellániz (IAA, Espagne)

Newsletter

Entrez votre adresse email :



lettre d’information quotidienne gratuite

A LA UNE

Blog Astro 2009 : c’est terminé !

Publiée le 31 décembre 2009

Eclipse partielle de Lune ce soir

Publiée le 31 décembre 2009

Les découvertes du télescope Herschel

Publiée le 31 décembre 2009

Atlas Virtuel de la Lune, version 5.0

Publiée le 30 décembre 2009