Jeudi 27 Novembre 2014
Devenir partenaire       Bookmark and Share

Astro2009

Vivez l’année de l’astronomie 2009 sur Futura-Sciences

Calcsat V4

30 décembre 2009

Calcsat V4 est un logiciel qui permet de Visualiser les passages des satellites artificiels, en temps réel ou en simulation, sur des vues cardinales, célestes ou sphériques.

log

Le 24 décembre 1968 les astronautes Borman, Lovell et Anders, qui constituaient l’équipage d’Apollo 8 furent les premiers humains à survoler la Lune.

Apollo 8 était le nom de la seconde mission habitée du programme spatial Apollo et la première mission à avoir transporté des hommes au-delà de l’orbite terrestre.

En savoir plus…

bor

C’est en juin 2008, depuis la navette Discovery, que ce cliché a été réalisé.

Crédit NASA

i1

Le satellite XMM-Newton (pour High Throughput X-ray Spectroscopy)a été lancé le 10 décembre 1999 par l’Agence Spatiale Européenne depuis la base de Kourou en Guyane.

Le satellite pèse 3 800 kilogrammes et mesure 10 mètres de long et 16 mètres de large avec ses panneaux solaires déployés et 4 mètres de diamètre. Il a à son bord 3 télescopes sensibles aux rayons X.

L’étude des rayons X permet de mieux comprendre le fonctionnement de l’Univers et des événements violents qui s’y déroulent, comme la vie des trous noirs ou les explosions d’étoiles. L’étude des rayons X ne peut avoir lieu que dans l’espace, car l’atmosphère terrestre les stoppe.

Le successeur de de XMM-Newton est XEUS (pour X-Ray Evolving Universe Spectrometer). Développé par l’ESA, il a pour objectif d’être 100 plus puissant que XMM-Newton. Il sera composé de 2 satellites, un pour le miroir et un autre pour les instruments. Les 2 satellites seront espacés de 50 mètres. Une partie de l’assemblage est prévu à bord de la Station spatiale internationale (ISS). Il devrait être opérationnel vers 2020.

Données Wikipédia.

xxm

Maquette de XMM-Newton présentée à la Cité de l’Espace à Toulouse. Crédit Cité de l’Espace.

La sonde Pioneer 10 a été lancée le 3 mars 1972. Elle a été le premier objet fabriqué par des humains à quitter l’héliosphère, aucune sonde ne s’étant jusqu’à cette date aventurée au-delà de la ceinture d’astéroïdes entre les orbites de Mars et de Jupiter. Après avoir passé sans encombre cette ceinture d’astéroïdes, la sonde se dirigea vers Jupiter, dont l’attraction l’accéléra jusqu’à 132 000 km/h.

Le 3 décembre 1973, Pioneer 10 passa à 130 354 km du sommet des nuages de la planète géante, prenant des photos de celle-ci ainsi que de ses satellites. Elle transmit aussi des informations sur les radiations émises par Jupiter, sur son atmosphère et sa constitution. Ces données furent d’un intérêt capital pour la conception des missions Voyager et Galileo qui suivirent dans les années 1990.

Pioneer 10 prit ensuite une trajectoire vers l’extérieur du système solaire, le long de laquelle elle étudia le vent solaire et les rayonnements cosmiques.

La sonde a utilisé l’assistance gravitationnelle de la planète Jupiter pour accroître sa vitesse et lui permettre de sortir rapidement du système solaire, voyage durant lequel elle étudia le vent solaire et les rayonnements cosmiques tout se dirigeant vers l’étoile Aldébaran, qu’elle devrait atteindre dans environ 2 millions d’années.
(données Wikipédia).

jup7

Vue d’artiste, crédit NASA.

Ce croissant de Terre a été photographié par la caméra OSIRIS (Optical, Spectroscopic, and Infrared Remote Imaging System) de la sonde Rosetta le 13 novembre lorsque l’engin a effectué un dernier passage à proximité de notre planète.

La sonde s’est élancée en direction de ses prochaines cibles : l’astéroïde Lutetia en juillet 2010 et surtout la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko qu’elle atteindra en 2014.

ros1

La Terre vue par la sonde Rosetta. Crédit ESA.

Mars Global Surveyor, une sonde américaine de 1 050 kilogrammes avec ses réservoirs pleins, fut lancée le 7 novembre 1996 à partir de la base du Cap Canaveral en Floride. Elle effectua un voyage de près de 750 millions de kilomètres en 300 jours.

Les opérations de cartographies de la planète Mars commencèrent le 3 mars 1999 après plusieurs manoeuvres pour se placer en orbite, et durèrent une année martienne complète, c’est-à-dire l’équivalent de deux années terrestres.

La sonde effectuait un tour complet autour de Mars toutes les 117,65 minutes à une altitude moyenne de 378 kilomètres. L’altitude fut choisie afin de rendre l’orbite synchrone avec le Soleil de telle façon que toutes les images prises par la sonde d’une même partie de la surface de Mars, mais à des dates différentes, soient prises avec des conditions d’illuminations identiques. À chaque tour d’orbite, la sonde se déplaçait de 28,62° vers l’est à cause de la rotation de Mars. Après 88 orbites, la sonde se retrouvait approximativement au même endroit au-dessus de la surface mais décalé de 59km vers l’est, ce qui permettait de recouvrir uniformément toute la surface de la planète.

Le 31 janvier 2001, la sonde termina sa mission principale. La NASA approuva une extension de la mission. Mars Global Surveyor continua à envoyer des données, notamment grâce à sa caméra MOC (en anglais Mars Orbiter Camera). En outre, la sonde servit de satellite de communication pour relayer les données provenant de missions plus récentes. En effet, le 30 mars 2004, la sonde photographia les traces de roues du rover Spirit, au Sol 85 de sa mission.

En avril 2005, Mars Global Surveyor devint le premier orbiteur martien à prendre des clichés d’autres vaisseaux en orbite autour de la planète rouge. Il réussit à prendre des photographies de la sonde américaine Mars Odyssey et de l’orbiteur européen Mars Express.

Depuis le 9 novembre 2006, Mars Global Surveyor ne répond plus.

mgs

Le CNES, en accord avec ses partenaires nationaux (INSU-CNRS et Observatoire de Paris) et internationaux  (Autriche, Allemagne, Belgique, Brésil, ESA, Espagne), va prolonger de trois ans les opérations du satellite CoRoT, jusqu’au 31 mars 2013. La décision a été prise le 23 octobre de cette année.

CoRoT est un minisatellite dédié à l’étude de la structure interne des étoiles et à la recherche de planètes hors du système solaire, appelées exoplanètes. Il a été lancé le 27 décembre 2006, et la durée prévue de la mission était initialement de 3 ans.

Lire la suite…

co10

Dessin d’artiste. Crédit CNES.

 A 50 kilomètres d’altitude, la sonde Lunar Reconnaissance Orbiter (LRO) peut désormais distinguer des détails lunaires d’une cinquantaine de centimètres, et donc de petits éléments artificiels abandonnés sur les sites des missions Apollo.

Le premier octobre LRO est repassée au-dessus du site d’Apollo 17, la dernière mission lunaire conduite par les astronautes Cernan et Schmitt dans la vallée de Taurus-Littrow. Au nord du module de descente Challenger, à quelques mètres, on peut distinguer l’ombre du drapeau américain (”flag”) !

A noter également les traces laissées par les déplacements des astronautes, à pied ou en jeep…

flag1

Crédit NASA.

Le 13 Novembre 2009, à 07h46 UTC, le vaisseau spatial Rosetta effectuera son troisième et dernier survol de la Terre, obtenant au passage une assistance gravitationnelle de notre planète et une modification de sa trajectoire pour entâmer les dernières étapes de son voyage de 10 ans vers la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko.

L’équipe de dynamique de vol de l’ESA a prévu que l’altitude de Rosetta au point le plus proche le 13 Novembre sera de 2.481 kilomètres, légèrement plus haut que sa première bascule en Mars 2005 (1.954 kilomètres) et plus bas que son second passage auprès de la Terre le 13 Novembre 2007 (5.295 kilomètres). Le point géographique de l’approche au plus près est 109° Est et 8° Sud - un peu au large de la côte de l’île indonésienne de Java.

Prochaine étape pour la sonde : le survol de l’astéroïde Lutetia en juillet 2010.

rose

Vue d’artiste. Crédit ESA.

Newsletter

Entrez votre adresse email :



lettre d’information quotidienne gratuite

A LA UNE

Blog Astro 2009 : c’est terminé !

Publiée le 31 décembre 2009

Eclipse partielle de Lune ce soir

Publiée le 31 décembre 2009

Les découvertes du télescope Herschel

Publiée le 31 décembre 2009

Atlas Virtuel de la Lune, version 5.0

Publiée le 30 décembre 2009