Mercredi 30 Juillet 2014
Devenir partenaire       Bookmark and Share

Astro2009

Vivez l’année de l’astronomie 2009 sur Futura-Sciences

Bien avant l’utilisation par Galilée d’une lunette astronomique, les astronomes connaissaient un exemple de système binaire, les étoiles Alcor et Mizar. Ce couple n’a cessé depuis de se démultiplier à mesure qu’augmentait la résolution des instruments. Mizar s’est révélée double puis quadruple. Dernier épisode en date : Alcor vient à son tour d’apparaître comme une binaire. Total : 6 étoiles !

Lire la suite…

alc

Ben Oppenheimer et ses collègues du AMNH ont obtenu cette image d’Alcor A et B grâce à une technique de coronographie similaire à celle utilisée pour observer la couronne solaire. Alcor et Mizar font partie de la constellation de la Grande Ourse et se trouvent à environ 80 années-lumière. Crédit : American Museum of Natural History

A quoi ressemblera le Soleil dans plus de 5 milliards d’années lorsqu’il sera entré dans sa phase de géante rouge ? On commence à en avoir une idée plus claire grâce aux observations dans l’infrarouge de l’étoile Chi Cygni, une cousine du Soleil, en plus âgée.

Lire la suite…

chi1

Les variations de taille et de luminosité de Chi Cygni. La taille de l’orbite de la Terre est représentée au centre. © Sylvestre Lacour, Observatoire de Paris

Une importante étude réalisée avec le très grand télescope (le VLT) de l’ESO ne fait qu’accentuer encore plus un mystère de longue date dans l’étude des étoiles semblables au Soleil. Les peu courantes - et inexpliquées !- variations de luminosité, au long de l’année, d’environ un tiers de toutes les étoiles de cette catégorie dans les dernières phases de leur vie se retrouvent donc sans explication. Au cours des dernières décennies, les astronomes ont proposés de nombreux scénarios possibles, mais une nouvelle et très poussée campagne d’observation les contredit tous et ne fait qu’approfondir le mystère. La recherche d’une interprétation valable est donc ouverte…

Lire la suite…

etoi2

La vie des étoiles semblables au Soleil. Crédit ESO.

Pendant longtemps, les chercheurs ont supposé que les grains de poussière dans les nuages moléculaires croissaient en taille puis devenaient le point de départ de la formation des planètes dans le processus de formation stellaire et planétaire. Une équipe internationale menée par un chercheur de l’Observatoire de Paris vient de montrer pour la première fois que l’on pouvait observer directement les grains les plus gros dans un nuage interstellaire (L183, voir aussi la nouvelle de Février 2007) grâce à leur capacité à diffracter la lumière dans l’infrarouge moyen. Ce phénomène, spectaculaire dans le cas présent, est aussi visible dans d’autres nuages et va donc permettre d’ouvrir une nouvelle fenêtre pour l’étude de ces poussières et au-delà, pour la formation des étoiles et des planètes. Ce sera possible aussi bien avec le satellite infrarouge Spitzer actuellement en vol qu’avec le futur télescope spatial géant, le James Webb Space Telescope (JWST) qui devrait être lancé dans 4 ans.

Lire la suite…

gr
Images à 3,6, 4,5 et 8 microns de L 183 obtenues avec la caméra IRAC de Spitzer. Les contours marquent l’extension du nuage dans le visible (le plus externe est à la limite, le suivant marque le début du gaz froid)

Antarès

7 décembre 2009

La région d’Antarès photographiée par arnal88 de Futura-Sciences avec un appareil photo numérique et un objectif de 85 mm de focale installés sur une tablette équatoriale “faite maison”.

a137

Un groupe de chercheurs américains continue d’explorer l’idée que la première génération d’étoiles de l’Univers devait probablement tirer son énergie non des réactions de fusion thermonucléaire mais de l’annihilation de particules de matière noire. Cela pourrait expliquer l’origine des trous noirs géants.

Plusieurs observations indépendantes, au sein des fluctuations de température et de polarisation du rayonnement fossile et dans les collisions entre deux amas de galaxies, établissent l’existence de la matière noire dans l’Univers.

Lire la suite…

mat1
 
Ce schéma montre l’évolution classique d’une étoile massive de première génération, dite encore de type III. En fait, les premières étoiles dépassaient peut-être bien les 100 masses solaires dans l’hypothèse des Dark Stars. Crédit : John D. Johnson

Le pôle sud céleste

20 novembre 2009

L’axe imaginaire de rotation de la Terre se prolonge au nord en direction d’une étoile de la constellation de la Petite Ourse, l’étoile polaire.

Dans l’hémisphère sud cet axe passe dans la constellation de la Croix du Sud, photographiée ici par Y. Beletsky.

aa50

Ciel du Pic

14 novembre 2009

En mission au Pic du Midi, Tofix de Futura-Sciences a réalisé cette image d’un bout de ciel étoilé au-dessus de la coupole du télescope de 60 cm.

v21

Filé d’étoiles

13 novembre 2009

Réalisé par J P Mission le 10 janvier 2009 dans les Alpes Maritimes, total des poses de 54 minutes.

i12

Lorsqu’on regarde le ciel la nuit loin des lumières parasites des villes, on a l’impression que les étoiles sont innombrables ; ne dit-on pas d’ailleurs «une myriade d’étoiles» ?

Pourtant ce nombre n’est pas très élevé : sous un ciel bien noir, ce sont seulement 3000 étoiles qui sont observables à l’oeil nu !

Elles font toutes partie de notre Galaxie qui en contient deux cents milliards.

Comme on ne voit qu’une moitié du ciel, celle qui est au-dessus de l’horizon en une fois, et que ce demi-ciel compte trois milliers d’étoiles, c’est qu’il y a en tout 6000 étoiles visibles à l’œil nu dans tout le ciel.

Certains sites de haute altitude, occupés par les grands observatoires, permettent de voir un nombre plus élevé d’étoiles, en raison de l’exceptionnelle transparence de leur atmosphère et de la noirceur de leurs nuits.

Bien entendu ce nombre augmente considérablement si on utilise une paire de jumelles ou un télescope.

vl 

La Voie Lactée au-dessus des Alpes, image M Sylvestre

Newsletter

Entrez votre adresse email :



lettre d’information quotidienne gratuite

A LA UNE

Blog Astro 2009 : c’est terminé !

Publiée le 31 décembre 2009

Eclipse partielle de Lune ce soir

Publiée le 31 décembre 2009

Les découvertes du télescope Herschel

Publiée le 31 décembre 2009

Atlas Virtuel de la Lune, version 5.0

Publiée le 30 décembre 2009