Jeudi 17 Avril 2014
Devenir partenaire       Bookmark and Share

Astro2009

Vivez l’année de l’astronomie 2009 sur Futura-Sciences

Le 10 octobre 1846 W. Lassell découvrait Triton, une lune de Neptune, alors qu’il observait cette planète.

Triton est le plus gros des satellites de Neptune. Il circule dans le sens opposé à celui de la rotation de la planète, et s’en rapproche graduellement jusqu’à ce qu’il rentre en collision avec d’ici environ 10 à 100 millions d’années. Cela formera alors de vastes anneaux autour de Neptune qui rivaliseront avec ceux de Saturne dont la masse totale ne représente qu’une faible fraction de celle de Triton.

La sonde Voyager 2 a découvert sur Triton de grands geysers d’azote gazeux. Les geysers peuvent être causés par la fonte, sous les rayons solaires, du matériau se trouvant sous la surface de glace d’azote. La glace se transforme en gaz et se libère dans l’espace à travers des orifices de la croûte. De la poussière est également emportée. Elle retombe en formant à la surface des filets découverts en de nombreux endroits sur Triton. Triton est le corps le plus froid jamais visité de notre Système solaire : les températures de surface sont d’environ -235 °C.

tri2

Triton vu par la sonde Voyager 2. Crédit NASA.

Le 23 septembre 1846, utilisant les prédictions du mathématicien français Urbain Le Verrier, l’astronome allemand Johann Galle découvrait Neptune, la huitième et dernière planète du Système Solaire.

Le 18 septembre, Le Verrier avait écrit à Johann Gall pour lui confier la recherche de la planète dont il avait calculé les coordonnées. Galle reçut la lettre le 23 et en discuta aussitôt avec Johann Encke, le directeur de l’observatoire de Berlin. Malheureusement, Encke fêtait son 55ème anniversaire ce jour là et avait réservé sa soirée. Galle dut insister pour commencer la recherche en utilisant la lunette de 23 cm d’ouverture de l’observatoire. 

Le soir même, Galle, aidé de son collaborateur Heinrich d’Arrest entreprit la recherche. Galle comptait repérer la planète d’après son disque, mais d’Arrest lui conseilla de vérifier les étoiles une à une sur la carte que venait de terminer Bremiker. Cette méthode leur permit de trouver rapidement, à 52′ de longitude de la position indiquée (mais plus d’un degré de distance angulaire), une étoile de magnitude 8 qui ne figurait pas sur la carte. Mais était-ce la planète ou une étoile oubliée?

Le lendemain, ils vérifièrent: L’étoile s’était déplacée. Victoire ! C’était bien une planète.

nep

Neptune. Crédit NASA. 
 
.

Il y a vingt ans la sonde Voyager 2 survolait la surface de Triton et y découvrait un cryovolcanisme. Les progrès des ordinateurs et des traitements de l’image aidant, la Nasa nous livre aujourd’hui une vidéo du survol recréée à partir des images prises par la sonde.

Neptune est désormais la dernière planète principale du système solaire depuis que Pluton a été déchue de ce titre. On pensait qu’en raison de sa distance au Soleil, elle devrait être un monde figé par le froid mais, comme toujours, l’homme sous-estimait ce dont la nature est capable… Lors de sa visite, la sonde Voyager 2 repérait des tempêtes ainsi que des geysers sur son satellite principal, Triton, découvert en 1846 par William Lassell, seulement 17 jours après la planète Neptune elle-même. Son mouvement rétrograde fait penser qu’il s’agit d’un corps de la ceinture de Kuiper capturé par Neptune. Les forces de marée qui s’y sont alors exercées ont dû chauffer l’intérieur de Triton, ce qui explique peut-être l’existence de cryovolcans à sa surface. Ces mêmes forces de marée finiront par détruire Triton dans 1,4 à 3,6 milliards d’années. Celui-ci se désintégrera alors en pénétrant à l’intérieur de la sphère de Roche et sera probablement à l’origine d’un anneau autour de Neptune.

En savoir plus…

tri1

Une image du survol virtuel de Triton par Voyager. Crédit : Nasa/JPL/Universities Space Research Association/Lunar & Planetary Institute

Galilée a-t-il devancé de plusieurs siècles la découverte de Neptune par Adams, Le Verrier et Galle ? C’est ce que suggère un physicien australien à partir d’une lecture attentive d’un des carnets de notes laissé par le génial père de la physique.

Lire la suite…

 ga5

Galilée en 1636, peint par Justus Sustermans

Newsletter

Entrez votre adresse email :



lettre d’information quotidienne gratuite

A LA UNE

Blog Astro 2009 : c’est terminé !

Publiée le 31 décembre 2009

Eclipse partielle de Lune ce soir

Publiée le 31 décembre 2009

Les découvertes du télescope Herschel

Publiée le 31 décembre 2009

Atlas Virtuel de la Lune, version 5.0

Publiée le 30 décembre 2009