Dimanche 26 Octobre 2014
Devenir partenaire       Bookmark and Share

Astro2009

Vivez l’année de l’astronomie 2009 sur Futura-Sciences

AMA 2009, la rétrospective

30 décembre 2009

2009 s’achève et avec elle l’AMA 09, l’Année mondiale de l’astronomie, lancée officiellement le 15 janvier dernier au siège de l’Unesco à Paris. Pendant un an le Blog Astro a suivi toute l’actualité astronomique : 12 mois les yeux rivés sur le ciel, 12 mois dont nous avons retenu 12 temps forts.

Lire la suite…

lul1
La comète Lulin fait le spectacle au mois de février 2009. Crédit R. Richins

Durant les années 1758 à 1782 Charles Messier, astronome français (1730 - 1817), établit une liste  d’environ 100 objets diffus qui étaient difficiles à distinguer des comètes à travers les télescopes de l’époque. Découvrir des comètes  était une façon de se faire un nom en astronomie au 18ème siècle — Le but de Messier était donc de cataloguer les objets pouvant être pris pour des comètes.

Heureusement pour nous, le Catalogue de Messier devint fameux pour une raison beaucoup plus noble, à savoir la réalisation de la collection des plus beaux objets du ciel, comprenant des nébuleuses, des amas d’étoiles et , des galaxies. Ce fut l’une des premières étapes majeures dans l’histoire de la découverte des objets du ciel profond , dont il présentait la liste la plus complète et la plus fiable: à l’origine quatre objets seulement étaient manquants du fait d’erreurs dans la réduction des coordonnées, mais qui furent rétablies par la suite. Les versions actuelles du Catalogue comprennent habituellement les additions ultérieures des objets observés par Charles Messier et son collègue et ami, Pierre Méchain, mais non portés dans la liste initiale.

L’étude de ces objets par les astronomes a été, et est encore de nos jours, une source d’importantes et incroyables découvertes telles que le cycle de vie des étoiles, la réalité des galaxies “univers îles” indépendants et l’évaluation de l’âge de l’univers.

Découvrez le catalogue de Messier que vous propose l’Observatoire de Paris.

cm1

Ce premier article portera sur le dessin planétaire ; un prochain article abordera le dessin du ciel profond.

1) Pourquoi dessiner?
Après l’observation visuelle, on a souvent envie de garder une trace de ce que l’on a vu à l’oculaire ; si la photo numérique et les webcams apportent des solutions très satisfaisantes, ce sont des techniques complexes et coûteuses.
Le dessin demande très peu de matériel ; c’est une technique qui permet de développer le sens de l’observation et d’optimiser les instruments inadaptés à l’imagerie : jumelles, petites lunettes sur montures azimutales, dobson…

d1

2) Le matériel du dessinateur:
2A) Pendant l’observation:
- éclairage rouge juste suffisant pour voir le dessin sans être ébloui
- crayon à papier avec gomme

- feuilles blanches assez épaisses fixées sur une tablette rigide, sur lesquelles sont tracés des cercles représentant le champ de l’oculaire (un diamètre de 10cm est un bon compromis)

2B) Après l’observation:
- papiers dessin épais
- crayons à papier, crayons gris et noirs, fusain, feutre noir (encre pour les plus méticuleux)
- coton-tige pour l’estompe

Pour mettre vos images sur internet un simple APN fera l’affaire si vous n’avez pas de scanner.

 

3) Le dessin pendant l’observation:

Rappelons tout d’abord qu’il est primordial d’être bien installé, de préférence assis et sans se tordre le cou!

Le dessin planétaire:
C’est le plus exigeant ; il regroupe le dessin des taches solaires, des régions lunaires et des surfaces planétaires (Mars, Jupiter et dans une moindre mesure Saturne)

  • Taches solaires: la turbulence étant le principal souci de l’observateur solaire, évitez de trop grossir les images et observez de préférence en début de journée.
  • Formations lunaires: pour ne pas passer des heures à l’oculaire, on peut préparer à l’avance un croquis de la région que l’on va observer en s’aidant d’un atlas. Pendant l’observation on se focalise sur 1 ou 2 cratères et on recherche les petits détails que l’on ajoute sur son croquis. On place également les ombres, toujours changeantes.
  • Planètes: on prend soin avant d’observer de tracer un gabarit de la planète et d’y placer les principales formations au sol (Mars) ou nuageuses (Jupiter et Saturne) qui seront visibles à l’heure de l’observation. Le travail à l’oculaire consistera à rechercher les petites différences de taille, de forme ou de coloration par rapport au croquis initial.

d5

En dessin planétaire on ne cherche pas à rendre les différents niveaux de gris par un coloriage plus ou moins appuyé, mais on utilise une échelle de cotation (0=noir, typiquement le fond du ciel nocturne, 5=blanc). quand le travail à l’oculaire est terminé, on dispose donc d’un croquis (pas un dessin d’artiste !) avec dessus des petits numéros dans chaque zone.

d6

d7

Pour tout type de dessin, on indique toujours les caractéristiques de la réalisation: date / heure / lieu / instrument / grossissement / champ apparent / conditions atmosphériques et astronomiques (si vous le pouvez indiquez la magnitude limite atteinte à l’oeil nu) / objet dessiné / remarques particulières…

d8

4) La mise au propre:

Une fois rentré chez soi et bien reposé, on reprend ses croquis. C’est une bonne activité pour les périodes de mauvais temps, il est donc important que tout croquis soit accompagné d’un maximum de renseignements complétés au moment de la réalisation à l’oculaire.

Sur du papier dessin de bonne qualité on replace le plus fidèlement possible (on peut décalquer) les éléments du croquis avec un trait léger. On cherche à restituer les différents niveaux de gris avec les crayons dont on dispose, en évitant au maximum de laisser des traces. Les zones dégradées peuvent être lissées avec un coton-tige.

Dessins J-B Feldmann

Il y a quelques mois, nous vous avions proposé de tester un simulateur de télescopes sur le site de Stelvision. Ce site s’est enrichi d’un nouvel outil en ligne : une carte du ciel, qui fonctionne sur le principe de la carte tournante en carton… mais avec les planètes en plus, et la personnalisation du lieu d’observation.

Cette carte du ciel vous indique les astres visibles pour chaque nuit et à chaque heure choisies. Tout autour de l’horizon, vous pouvez apercevoir, par transparence, les astres qui se sont déjà couchés ou qui vont bientôt se lever. Changez l’heure, et constatez par vous-même que tout le ciel semble tourner autour de l’étoile polaire !

ciel5

Ce n’est pas parce que se profile la fin de l’Année Mondiale de l’Astronomie que le ciel ne nous réserve pas de belles surprises l’an prochain !

G. Cannat vous propose la version 2010 de son Guide du Ciel à l’oeil nu : tous les spectacles célestes accessibles sans instrument y sont présentés.

Eclipses, rapprochements entre la Lune et des planètes ou des étoiles brillantes, pluies d’étoiles filantes,…vous découvrirez toutes les explications et les schémas qui vous permettront de ne rien rater dans le ciel des 12 prochains mois.  

ciel4

Fantômes

11 décembre 2009

Ces fantômes qui tournent autour d’un télescope sont le résultat  des déplacements de l’observateur pendant la pose d’une minute. Crédit J-B Feldmann

a316

Il y a quatre siècles, Galilée s’apprêtait à pointer la plus perfectionnée des lunettes qu’il avait construites vers Jupiter. Quelques semaines plus tard, au début du mois de janvier 1610, cet instrument lui avait permis de découvrir les quatre principales lunes joviennes et de prouver qu’elles tournaient autour de la planète avec des périodes de 2 à 17 jours. S’appuyant sur cette découverte, ainsi que sur celle des phases de Vénus, Galilée annonçait peu après qu’il avait confirmé les thèses de Copernic et il affirmait que la Terre n’était pas le centre de l’Univers. C’en était trop pour l’Inquisition qui, dès 1611, commença d’enquêter sur lui. Bien des années plus tard, après de nombreuses escarmouches avec les autorités religieuses, Galilée dut comparaître devant le Saint-Office, à Rome, et il fut condamné le 22 juin 1633.

Lire la suite…

gc1

Crédit G. Cannat.

Le club d’astronomie Ophiuchus est une association située dans le Gard ; dans le cadre de l’Année Mondiale de l’Astronomie 2009, elle a un projet scolaire et tous publics : exposition, observations, planétarium.

Ce projet concerne l’ensemble du territoire de la Communauté des Communes de Valcèzard.

ophi

La fièvre du samedi soir

7 décembre 2009

Soirée fiévreuse aux Rencontres Astronomiques de Printemps : il faut que tout soit prêt quand la nuit sera totale !

Crédit J-B Feldmann

a150

Que nous réserve cette fin d’année 2009 ? Six maxima de météores sont au programme, dont les fameuses Géminides. A noter également un beau rapprochement entre la Lune et les Pléiades, avec une occultation pour les plus chanceux. L’hiver viendra frapper à notre porte le 21. Enfin à quelques heures de la nouvelle année, la Lune nous offre une petite éclipse partielle, histoire de clôturer l’Année Mondiale de l’Astronomie en beauté. Bonnes fêtes de fin d’année.

Lire la suite…

eph

Newsletter

Entrez votre adresse email :



lettre d’information quotidienne gratuite

A LA UNE

Blog Astro 2009 : c’est terminé !

Publiée le 31 décembre 2009

Eclipse partielle de Lune ce soir

Publiée le 31 décembre 2009

Les découvertes du télescope Herschel

Publiée le 31 décembre 2009

Atlas Virtuel de la Lune, version 5.0

Publiée le 30 décembre 2009