Samedi 20 Septembre 2014
Devenir partenaire       Bookmark and Share

Astro2009

Vivez l’année de l’astronomie 2009 sur Futura-Sciences

Retour en détail sur une actualité que nous vous présentions le 26 décembre.

 
La nébuleuse d’Orion est l’un des endroits de la Voie lactée où l’on peut le mieux étudier la naissance des étoiles et des disques protoplanétaires. Plus de 40 de ces disques y ont été découverts par le télescope spatial Hubble, dont trente nouvelles photos dans le visible viennent d’être rendues publiques.

Lire la suite…

ori5

Le télescope spatial Hubble a permis d’observer plusieurs dizaines de systèmes planétaires embryonnaires dans la nébuleuse d’Orion, connue par les astronomes amateurs sous le numéro 42 du catalogue de Messier.

Ces grumeaux entourant de très jeunes étoiles permettent de mieux comprendre les différentes étapes qui conduisent à la formation de tels systèmes, où des disques de matière en rotation voient s’allumer une étoile en leur centre et les poussières s’agglomérer lentement autour sur différentes orbites, ramassant au passage les matériaux pour former des planétésimaux, ces petits corps célestes du début de la formation d’un système planétaire, qui par collision et fusion vont créer les planètes.

ori4

Crédit NASA.

Les découvertes de super-terres se multiplient depuis quelque temps. Parmi les dernières en date, six ont été trouvées autour d’étoiles semblables au Soleil et dans son voisinage. Des planètes à faibles masses sont donc probablement communes dans la Voie lactée.

Lire la suite…

super
La localisation de 61 Virginis sur la voûte céleste. Crédit : Steve Vogt, UCSC

Le télescope japonais Subaru a découvert ce qui semble être deux exoplanètes autour d’une étoile située à 50 années-lumière de nous.

Rien de bien nouveau jusque là, si ce n’est que l’étoile en question est de type solaire.

C’est la première fois qu’on observe directement des planètes (surnommées GJ758b GJ758c, elles sont une vingtaine de fois plus massives que Jupiter) autour d’un astre identique à notre Etoile (même masse et même température).

su1
Crédit MPIA / NOAJ

Des astronomes ont découvert la seconde exoplanète de type super-Terre pour laquelle ils ont pu déterminer la masse et le rayon et obtenir ainsi des indications essentielles sur sa structure. Il s’agit également de la première super-Terre connue avec une atmosphère. Cette exoplanète, en orbite autour d’une petite étoile située à seulement 40 années-lumière de la Terre, ouvre ainsi de nouvelles et importantes perspectives dans la quête de mondes habitables. La planète GJ1214b a une masse d’environ six fois celle de la Terre et son cœur est probablement composé en majeure partie de glace d’eau. Sa surface se révèle être très chaude et elle est entourée d’une atmosphère épaisse qui la rend inhospitalière pour la vie telle que nous la connaissons sur Terre.

Lire la suite…

sup

Pendant longtemps, les chercheurs ont supposé que les grains de poussière dans les nuages moléculaires croissaient en taille puis devenaient le point de départ de la formation des planètes dans le processus de formation stellaire et planétaire. Une équipe internationale menée par un chercheur de l’Observatoire de Paris vient de montrer pour la première fois que l’on pouvait observer directement les grains les plus gros dans un nuage interstellaire (L183, voir aussi la nouvelle de Février 2007) grâce à leur capacité à diffracter la lumière dans l’infrarouge moyen. Ce phénomène, spectaculaire dans le cas présent, est aussi visible dans d’autres nuages et va donc permettre d’ouvrir une nouvelle fenêtre pour l’étude de ces poussières et au-delà, pour la formation des étoiles et des planètes. Ce sera possible aussi bien avec le satellite infrarouge Spitzer actuellement en vol qu’avec le futur télescope spatial géant, le James Webb Space Telescope (JWST) qui devrait être lancé dans 4 ans.

Lire la suite…

gr
Images à 3,6, 4,5 et 8 microns de L 183 obtenues avec la caméra IRAC de Spitzer. Les contours marquent l’extension du nuage dans le visible (le plus externe est à la limite, le suivant marque le début du gaz froid)

AstroCalc

16 décembre 2009

Pour tout connaître sur les planètes ; lever, coucher, passage au méridien, diamètre apparent… Vous pouvez également créer votre compte-rendu en direct avec prise d’images.
Découvrez AstroCalc.

astrocalc

Selon la théorie en vigueur, les jeunes systèmes planétaires doivent en passer par une phase chaotique avec un gigantesque jeu de billard cosmique. C’est bien ce que semble avoir observé Spitzer, avant d’être à court d’hélium, autour de l’étoile HR 8799.

Depuis les travaux des planétologues théoriciens qu’étaient Viktor Safronov et George Wetherill nous savons que dans le disque protoplanétaire à l’origine de notre système solaire, les planétésimaux, une fois formés, ont commencé à entrer en collision. Dans certains cas, les collisions étaient douces et un corps de plus grande taille se formait alors, attirant d’autant plus d’autres corps qu’il devenait plus massif. Dans d’autres cas, plus violents, le choc produisait une fragmentation et de multiples débris. C’est ce processus d’accrétion qui a créé les planètes telluriques comme la Terre ou Mars mais aussi les corps célestes comme les lunes de Jupiter ou Pluton.

Lire la suite…

hr
Sur cette image prise dans l’infrarouge par Spitzer en janvier 2009, un gigantesque halo de particules de poussières très fines entourant HR 8799 est bien visible. La taille de l’orbite de Pluton est indiquée au centre de l’image et la zone jaune blanche correspond à un disque protoplanétaire. Crédit : Nasa/JPL-Caltech/K. Su (University of Arizona)

Elle tourne autour de son étoile de façon rétrograde ou bien selon une orbite polaire. Dans les deux cas, HAT-P-7b est une bien curieuse planète. C’est pourtant la conclusion de deux équipes indépendantes. Ce comportement atypique pourrait provenir de ce qu’on appelle le mécanisme de Kozai.

Découverte en 2008, HAT-P-7b avait déjà fait parler d’elle après les observations de Kepler. Située à 1.044 années-lumière de la Terre dans la constellation du Cygne, et en orbite autour de l’étoile HAT-P-7, cette exoplanète est plus grande que Jupiter d’environ 37%. Elle a été découverte par la méthode du transit, c’est-à-dire par l’étude de la baisse de luminosité de l’étoile lorsqu’une planète l’éclipse partiellement.

Pour que le phénomène soit visible, il faut que l’orbite de la planète soit correctement inclinée par rapport à la ligne de visée depuis la Terre mais aussi que nous la regardions au bon moment. Une telle situation est peu probable mais, pourtant, l’observation d’un transit est une bonne méthode pour détecter des exoterres.

Lire la suite…

exo10

Vue d’artiste d’une exoplanète. Crédit NASA.

L’imagerie planétaire

28 novembre 2009

L’imagerie des planètes du Système Solaire a connu depuis 10 ans une véritable révolution avec l’utilisation de la webcam.
Alors que les planètes nous cachaient il y a peu de temps encore leurs détails, l’arrivée dans le domaine de l’astronomie de ces petites caméras permet d’obtenir des images planétaires de meilleure qualité que ce qui était réalisé par les professionnels il y a quelques décennies.
Le principe est simple : pour limiter les effets néfastes de la turbulence (agitation des couches d’air), on réalise un film avec  la webcam et on enregistre ainsi plusieurs centaines voir milliers d’images en quelques minutes.
Dans le lot de toutes ces images certaines sont excellentes et d’autres complètement inutilisables.
Grâce à des logiciels spécialisés, vous pouvez sélectionner les meilleures, les additionner et effectuer un traitement afin de faire ressortir les détails.
Un simple télescope, une webcam à la place de l’oculaire et vous voilà prêts à immortaliser les anneaux de Saturne, les cratères lunaires ou encore les nuages dans l’atmosphère de Jupiter.
xav11
Séance d’imagerie avec télescope C8 sur monture EQ6 pro.
Utilisation d’une caméra DMK (bleu) et d’une toucam pro1 (blanc)
Image X. Plouchart
xav21
Jupiter en juin 2007 à la lunette SW 120ED avec deux de ses satellites
Image X. Plouchart

Newsletter

Entrez votre adresse email :



lettre d’information quotidienne gratuite

A LA UNE

Blog Astro 2009 : c’est terminé !

Publiée le 31 décembre 2009

Eclipse partielle de Lune ce soir

Publiée le 31 décembre 2009

Les découvertes du télescope Herschel

Publiée le 31 décembre 2009

Atlas Virtuel de la Lune, version 5.0

Publiée le 30 décembre 2009