Mercredi 03 Septembre 2014
Devenir partenaire       Bookmark and Share

Astro2009

Vivez l’année de l’astronomie 2009 sur Futura-Sciences

Les premières images scientifiques du télescope spatial Herschel viennent d’être présentées à l’issue d’un colloque tenu à Madrid le 17 et 18 décembre 2009, seulement six mois après le lancement. Un des plus spectaculaires clichés est l’image en infrarouge lointain d’un nuage sombre dans la constellation de l’Aigle révélant pour la première fois environ 700 coeurs-pré-stellaires, condensations denses de matière tout juste sur le point de s’allumer en étoiles.

Lire la suite…
her6
Image composite d’une région de la constellation de l’Aigle couvrant environ 3 degrés de coté, obtenue par les instruments PACS et SPIRE du satellite Herschel dans l’infrarouge lointain (à 70, 160 et 500 microns). L’image est codée en fausses couleurs, du bleu au rouge en fonction de l’intensité lumineuse dans ces trois filtres, le bleu correspondant à un maximum d’intensité vers 75 µm (température supérieure a -200°C) et le rouge correspondant à un maximum d’intensité à 500 µm (température à -250°C). Une multitude de petits points rouge sont présents, chacun révélant la présence d’un embryon potentiel d’étoile. Les deux zones bleues correspondent à des régions où de la poussière est chauffée par des étoiles déjà allumées. Crédit: Gould Belt Key Programme Consortium, ESA, PACS & SPIRE consortia.

AMA 2009, la rétrospective

30 décembre 2009

2009 s’achève et avec elle l’AMA 09, l’Année mondiale de l’astronomie, lancée officiellement le 15 janvier dernier au siège de l’Unesco à Paris. Pendant un an le Blog Astro a suivi toute l’actualité astronomique : 12 mois les yeux rivés sur le ciel, 12 mois dont nous avons retenu 12 temps forts.

Lire la suite…

lul1
La comète Lulin fait le spectacle au mois de février 2009. Crédit R. Richins

VISTA, est le nouveau télescope infrarouge qui vient d’entrer en service à l’observatoire Paranal de l’ESO. C’est le plus grand télescope au monde dédié à la cartographie de l’Univers. Son miroir de 4,1 m, son large champ et ses détecteurs très sensibles lui permettront de dévoiler un « visage » totalement nouveau du ciel austral. De nouvelles images spectaculaires de la nébuleuse de la Flamme, du centre de notre Galaxie, la Voie Lactée et de l’amas de galaxies du Fourneau témoignent de son excellent fonctionnement.

En savoir plus…

vista

Le télescope VISTA. Crédit ESO.

Une nuit au VLT

20 décembre 2009

Une nuit au VLT

Toujours en phase de calibrage, les différents instruments SPIRE, PACS et HIFI du télescope spatial Herschel viennent de délivrer leurs premiers spectres : des résultats qui montrent tout le potentiel de ce nouvel instrument.

Les détails révélés dans ses spectres sont la promesse de futures découvertes concernant la composition physique et chimique des objets célestes visés, des galaxies pour la plupart ainsi que certains astres exotiques.

s5

s6

s4

s21

s31

Visite du Gran Tecan

12 décembre 2009

Le 5 mars 2009 j’étais accueilli au Gran Tecan, le plus grand télescope du monde, qui se trouve aux Îles Canaries. Visite guidée.

Situation

Le Gran Tecan est installé à l’Observatoire del Roque de los Muchachos, sur l’île canarienne de La Palma. Cet observatoire, qui accueille également d’autres instruments, se situe à 2396 mètres d’altitude (longitude 17°52′34″W, latitude 28°45′34″N), sous l’un des plus beaux ciels de la planète. L’observatoire est géré par l’Instituto de Astrofisica de Canarias.

a16

Historique

Le Gran Tecan, ou TGC (Gran Telescopio Canarias) a été inauguré en 2007 par le Roi d’Espagne après 20 années d’études et de réalisation. Son financement a été assuré par :

  • la Communauté autonome des Canaries
  • l’Administration Générale Espagnole
  • l’Institut Astronomique de Mexico (5%)
  • l’Université de Floride (5%)

En échange ces deux partenaires bénéficient chacun de 5% du temps d’observation et sont membres du comité de sélection des programmes du GTC.

a20

Conception du GTC

Le miroir primaire est composé de 36 miroirs hexagonaux d’une surface collectrice totale de 75,7 mètres carrés, soit l’équivalent d’un miroir sphérique de 10,40 mètres de diamètre.

a34b

La lumière collectée est focalisée sur un miroir secondaire puis renvoyée vers un miroir tertiaire qui dirige le faisceau en direction des différents instruments d’analyse : spectrographes et analyseurs dans le domaine visible et infra-rouge (Osiris, CanariCam, Elmer et Emir).

a34

La partie optique bénéficie de deux systèmes d’optimisation :

  • l’optique active : c’est un procédé d’alignement optimal des 3 miroirs qui tient compte de la température, de la gravité (selon l’inclinaison du télescope) et des défauts de construction

a39

  • l’optique adaptative : ce procédé analyse l’agitation atmosphérique plusieurs fois par seconde et déforme légèrement en temps réel chaque miroir hexagonal pour corriger les effets néfastes de la turbulence

Le télescope est supporté par une monture altazimutale qui tourne sur deux axes, horizontalement et verticalement. L’ensemble du télescope (monture et optique) repose sur un film d’huile ce qui permet des mouvements très faciles et très doux : quand les moteurs sont débrayés, on fait tourner les 300 tonnes de l’ensemble à la main !

a36

Une coupole de 32 mètres de diamètre abrite le GTC ; la température à l’intérieur est maintenue au même niveau que la température extérieure pour éviter la turbulence quand on ouvre la trappe de la coupole. Un système automatisé sélectionne chaque nuit les observations les mieux adaptées aux conditions atmosphériques et astronomiques (transparence et turbulence de l’air, présence ou non de la Lune,…)

a22

Gros plan sur le miroir primaire

Chacun des 36 miroirs hexagonaux a une épaisseur de 8 centimètres ; à l’arrière de chaque miroir 36 vérins motorisés assurent les micro-corrections dictées par l’ordinateur qui interprète les analyses de turbulence atmosphérique.

a28

Les 36 miroirs ne sont pas exactement identiques : il en existe 6 modèles différents. Un jeu complet de miroirs est visible dans le laboratoire d’optique sous le GTC : ces miroirs “de secours” permettent un roulement pendant la réaluminure sans interrompre les observations.

a27

Chaque mois trois miroirs hexagonaux sont réaluminés (il faut donc un an pour refaire toute la surface du Gran Tecan).

L’aluminure se déroule dans un caisson étanche de 12 000 litres de volume : après avoir enlevé la précédente aluminure par un procédé chimique, le miroir est amené dans la chambre, face à aluminer vers le bas.

a25

La chambre est refroidie à très basse température et on y réalise un vide très poussé. La nouvelle aluminure est ensuite vaporisée. Quelques heures plus tard on retire le miroir hexagonal (deux jours sont nécessaires pour mener à bien l’ensemble des opérations pour chaque miroir).

Autres instruments de l’Observatoire

  • Magic Telescope : il s’agit d’un télescope Cherenkow destiné à étudier les sursauts gamma, des rayonnements à très haute énergie produits lors de phénomènes cosmiques violents.

a42

  • Isaac Newton Telescope : télescope de 2,54 mètres de diamètre destiné à l’imagerie grand champ
  • Carlsberg Meridian Telescope : lunette de 0,176 mètre de diamètre utilisée pour la réalisation de catalogues d’étoiles (coordonnées et magnitude)
  • William Herschel Telescope : instrument de 4,2 mètres de diamètre qui étudie les supernovae dans les galaxies
  • Nordic Optical Telescope : télescope de 2,6 mètres de diamètre dédié à la spectroscopie et la sismologie stellaire

a1

  • Dutch Open Telescope : télescope solaire de 0,45 mètre de diamètre
  • Swedish Solar Telescope : télescope solaire de un mètre de diamètre
  • Telescopio Nazionale Galilee : instrument de 3,6 mètres de diamètre, étude des comètes et astéroïdes
  • Liverpool Telescope :  deux mètres de diamètre, étude des étoiles, quazars et noyaux galactiques
  • Mercator : télescope de 1,2 mètre de focale qui observe les étoiles variables et les lentilles gravitationnelles
  • Superwasp : ensemble de 8 caméras pouvant photographier la totalité du ciel en 45 minutes, à la recherche de planètes extrasolaires par la méthode des transits

a13

Remerciements

Cette visite a été rendue possible grâce à l’intervention de Laurent Courier et Véronique Amat, de l’association Cap Astro, présents sur place.

Merci également à Manuela Abril, ingénieur en charge des optiques du Gran Tecan, pour cette visite très détaillée.

Une nouvelle image éblouissante de l’ESO dévoile le jeune amas d’étoiles Trumpler 14. Cette image, où de nombreux et très précis détails révèlent magnifiquement la vie d’une importante famille d’étoiles, a été obtenue grâce à l’instrument MAD (Multi-conjugate Adaptive optics Demonstrator) du très grand télescope (le VLT) de l’ESO. C’est la première fois qu’un pan de ciel aussi grand a été photographié en utilisant l’optique adaptative [1], une technique qui permet aux astronomes de corriger la plupart des effets « brouillants » provoqués par l’atmosphère.

Lire la suite…

mad
La plus grande image en optique adaptative a été obtenue sur l’amas ouvert Trumpler 14 par MAD et le VLT. Crédit ESO.

Fantômes

11 décembre 2009

Ces fantômes qui tournent autour d’un télescope sont le résultat  des déplacements de l’observateur pendant la pose d’une minute. Crédit J-B Feldmann

a316

La NASA doit lancer le 9 décembre le télescope spatial dans l’infrarouge WISE, conçu pour réaliser une cartographie complète du ciel infrarouge, depuis les petits corps du Système Solaire jusqu’aux galaxies lointaines. Le catalogue des objets qui seront recensés sera utilisé par le James Webb Space Telescope qui doit remplacer Hubble vers 2013.

Lire la suite…

wise

WISE (Wide-Field Infrared Survey Explorer) installé sur le dernier étage de son lanceur (Delta-2)

C’est bientôt Noël et vous avez l’intention d’acheter votre premier instrument !
Tout au long de l’année le Blog Astro vous a proposé des tests de matériel. Voici donc une petite sélection pour bien débuter.

Mais d’abord quelques conseils pour que votre achat vous apporte beaucoup de plaisir :
- achetez votre matériel chez un vendeur spécialisé en astronomie, lui seul sera capable de bien vous conseiller.
- ne vous attendez pas à voir dans votre instrument ce que montrent les photographies : les techniques actuelles d’imagerie astronomique permettent d’accentuer les détails et de faire ressortir des couleurs invisibles à l’oeil nu.
- rendez-vous dans un club où vous trouverez des passionnés qui vous feront observer : la meilleure façon de se rendre compte de ce qu’on voit réellement.
 

  • Pour un enfant ou un ado, rien de mieux qu’une lunette : pas de réglage optique, un pointage beaucoup plus intuitif que les télescopes, voici le modèle 70/700.
  • Un premier télescope très compact : le télescope 90 mm.
  • Une très belle lunette pour ceux qui souhaitent faire un investissement dans un matériel de qualité, une 102/1000.
  • Le télescope idéal en rapport qualité / prix, le 114/900.
  • Pour collecter un maximum de lumière en gardant un instrument de taille raisonnable, le télescope Starblast 150/750.
  • N’oubliez pas qu’une paire de jumelles est également un investissement intéressant en astronomie.
  • Pour finir, une curiosité, le galileoscope : si vous aimez bricoler, vous pouvez construire cette petite lunette vous-même et l’installer sur un pied photo ensuite. 

ins

Newsletter

Entrez votre adresse email :



lettre d’information quotidienne gratuite

A LA UNE

Blog Astro 2009 : c’est terminé !

Publiée le 31 décembre 2009

Eclipse partielle de Lune ce soir

Publiée le 31 décembre 2009

Les découvertes du télescope Herschel

Publiée le 31 décembre 2009

Atlas Virtuel de la Lune, version 5.0

Publiée le 30 décembre 2009